fbpx
Chirurgie esthétique : Tout savoir sur la pose d'implants fessier pour augmenter le volume des fesses

Chirurgie esthétique : Tout savoir sur les implants fessiers

La pose d’implants fessiers est une chirurgie esthétique ou réparatrice visant à changer l’apparence physique du fessier. Généralement, cela concerne une augmentation du volume visant à grossir et galber cette partie importante de la silhouette. Popularisée par la famille Kardashian, Nicki Minaj, Cardi b ou encore Jennifer Lopez, cette chirurgie esthétique n’a jamais été aussi en vogue que lors de cette dernière décennie. De nombreuses techniques ont été misent au point pour parfaire cette chirurgie esthétique considérée – à juste titre – comme assez lourde. En résulte une silhouette féminine aux courbes plus vertigineuses permettant de magnifier un profil qui ne nous correspond pas (ou plus !).

L’anatomie du fessier

L'anatomie du fessier : le grand fessier, le moyen fessier et le petit fessier
L’anatomie du fessier : le grand fessier, le moyen fessier et le petit fessier

En ce qui concerne la structure du fessier, il faut savoir qu’il est composé de trois muscles : le grand fessier, le moyen fessier et le petit fessier. Également appelés grand glutéal, moyen glutéal et petit glutéal. Lors de la pratique d’un sport, par exemple, la connaissance de ces trois muscles est essentielle pour un travail équilibré.

Concrètement, une fois travaillé, le grand fessier est celui qui permet d’apporter du volume au postérieur, et le moyen et petit fessier, un jolie galbe. La pratique d’un sport visant à gonfler le fessier doit donc obligatoirement être complet pour un résultat uniforme.

Les implants fessiers : Résultats et photos avant/après

Il est vrai que les résultats avant/après sont souvent saisissants. Cependant, ces derniers – de part leur caractère excessif – sont plutôt privilégiés par les célébrités américaines. En effet, constamment plongées dans la lumière, ces dernières n’adoptent pas toujours un résultat leur permettant de passer inaperçu. Alors n’oubliez pas que sous le feu de projecteurs, l’effet n’est pas le même que dans un quotidien plus classique. Adopter un fessier aussi imposant ne provoque pas les mêmes réactions sur un tapis rouge que lorsque l’on se promène dans la rue. En ville, il faudra affronter jugements, critiques et jalousie. La préparation mentale est donc essentielle si vous tenez absolument à passer le pas.

Voici donc un sélection avant/après des principales célébrités ayant (probablement) eu recours à des implants fessiers.

Lors de la consultation avec un chirurgien spécialisé, ce dernier sera en mesure de vous montrer des résultats avant/après bien plus « naturels ». Ses précédentes interventions lui servira très probablement de base, de même que le recours à un logiciel de retouche. Ces derniers – devenus très performants – devraient vous donner un aperçu assez précis du résultat qui vous attend si vous franchissez le pas. N’oubliez cependant jamais que la réalité est toujours plus ou moins différente. Nos corps, notre façon de réagir aux interventions, les possibles complications et la technique du chirurgien sont autant de facteurs pouvant faire varier un rendu final.

Les implants fessiers et les différentes techniques de pose

Les implants/prothèses fessiers

Les implants fessiers
Les implants/prothèses fessiers

Il existe plusieurs formes d’implants fessiers, aussi appelé prothèses de fesses : rondes, ovales, biconvexes ou oblongues. Il y a également différentes tailles comprises en moyenne entre 200 et 500 cc (centimètres cube). La forme et la taille sont choisies par le praticien en fonction de plusieurs critères dont les principaux sont les suivants : le gabarit et la forme d’origine des fesses du patient. Evidement, d’autres facteurs rentrent en jeu comme l’élasticité et la qualité de la peau, les préférences du patient ou le budget pouvant être alloué par ce dernier.

Les différentes formes des fesses
Les différentes formes des fesses – Crédits : Santé+ Magazine

Un implant fessier se constitue d’une enveloppe épaisse et – généralement – pré-rempli de gel de silicone. Contrairement aux prothèses mammaires, le risque de rupture est relativement faible. Mais attention, ce dernier existe et certains chirurgiens avancent un risque plus élevé que la moyenne

Les techniques de pose des implants fessiers

Il existe trois techniques pour poser des implants fessiers : sous, dans ou sur le muscle du grand fessier. D’ailleurs, les pratiques varient d’un chirurgien à un autre et est au centre de nombreux débats dans le milieu. La technique visant à insérer l’implant sous le muscle serait – en effet – plus susceptible d’atteindre le nerf sciatique et de provoquer ainsi des complications douloureuses. Au contraire, insérer l’implant sous l’aponévrose des tissus adipeux mous présenterait des risques de mobilité de ce dernier.

Techniques de pose d'implants fessiers
Techniques de pose d’implants fessiers : Sous le muscle / Intra-musculaire / Entre le muscle et la peau

Aujourd’hui, la plus courante est l’intra-musculaire. Elle permet un résultat naturel, plus stable, sans trop de complications et moins visible sous la peau. Lors de la procédure, l’implant est inséré au coeur même du muscle grand fessier.

Technique Intramusculaire : Pose d'implants fessiers
Technique Intramusculaire – Crédits : Dr Gilbert Vitale

Le déroulement de l’opération, les précautions, les dangers et le post-opératoire

La pose d’implants fessiers est une chirurgie dite « esthétique », relativement lourde. Comme toute chirurgie, il est important de connaitre les précautions avant l’opération, le déroulement de l’acte ainsi que les risques potentiels liés généralement à l’anesthésie et aux infections. La décision est importante, strictement personnelle et doit être murement réfléchie. Posez le pour et le contre, ne laisser personne vous pousser à le faire !

Ainsi, il est préférable qu’elle soit prise pour gommer un réel complexe et non pour un simple but d’amélioration physique.

Préventions et Précautions

Bien entendu avant tout acte de chirurgie esthétique, il est primordial d’être en bonne santé. Environ un mois avant de poser des implants fessiers, il faut arrêter la pilule, le tabac et toutes substances illicites et ce jusqu’à la guérison complète. Bien sûr, il va de soit qu’un arrêt total de toute substance interdite par la loi est à la fois obligatoire et plus que souhaitable. Aussi, il faut arrêter les – éventuels – traitements anticoagulants et/ou antiagrégant et ne pas consommer d’aspirine et/ou d’anti-inflammatoires environs 10 jours avant l’intervention Nous vous recommandons d’appliquer ces recommandations avec autant d’avance que possible puisqu’il s’agit là de périodes minimales. Veillez à toujours en parler avec votre médecin, à suivre ses recommandations et à prendre en compte votre état de santé personnel.

Dans certains cas, le chirurgien peut également prescrire certains tests à réaliser avant l’intervention (bilan sanguin, analyse d’urine, etc.). Ces tests sont essentiels au bon déroulé de l’opération et permettent de réduire les risques de l’intervention. Par ailleurs, c’est une bonne occasion de faire un bilan général de santé.

En ce qui concerne l’état d’esprit général avant le jour j, il est tout à fait normal de voir naître des angoisses. Un mode de vie sain comprenant un sommeil réparateur, des repas équilibrés et une activité sportive sont essentiels ainsi que des moments de détentes pour contrôler les possibles inquiétudes.

La veille et le matin même de l’intervention, le patient doit prendre une douche à la bétadine (corps, visage et cheveux). Il s’agit d’une préparation cutanée pour prévenir les infections lors de l’opération.

N’oubliez pas non plus que le retrait des piercings et tout autre corps étranger est nécéssaire pour l’intervention. Une information à prendre en compte si vous avez des piercings non cicatrisés ou dont les trous se rebouchent rapidement.

Le déroulement de l’intervention

L’intervention est réalisé dans une clinique et se déroule sous anesthésie générale. Sa durée oscille entre 1h00 à 2h30. Premièrement, le patient est installé sur le ventre et endormi. Ensuite, le chirurgien réalise une incision de quelques centimètres dans le sillon interfessier – ou très rarement au dessus des fesses – et place les deux implants de chaque côté en veillant à mettre en pratique toutes ses connaissances. L’habilité, la concentration et le respect des normes sont des éléments essentiels au bon déroulement de l’acte. En dernier lieu, les plaies sont suturées avec des fils généralement résorbables et couvertes de pansements (moulants).

Après l’intervention, la durée d’hospitalisation varie entre une à deux nuits. Cette durée peut être plus longue si des complications voient le jour ou si le patient se sent mal. Certains patients réagissent de façon plus ou moins importante aux produits de l’anesthésie générale, au stress post-opératoire et/ou à la douleur.

Les risques potentiels

Chaque opération comporte des risques plus ou moins élevé. En réalité, le remodelage des fesses est une opération relativement complexe. En tant que telle, cette dernière comporte donc des réels risques à prendre en compte.

Voici une liste non exhaustive de ces derniers :

  • Des sensations de nausées les premières 48-72h peuvent survenir dues à l’anesthésie générale
  • Des oedèmes/hématomes peuvent apparaitre. Un oedème est un gonflement des tissus dû à un liquide composé d’eau, de protéines et de cellules. Un hématome est une accumulation de sang sous-cutanée, suite à une blessure.
  • Les risques d’infections sont élevés dû à la complexité de la zone qui n’est pas toujours très propre
  • Les implants peuvent se déplacer lors de la phase post-opératoire, ainsi qu’au fil du temps
  • Les implants peuvent être visible notamment au niveau des hanches ou ailleurs sur la fesse lorsque ces derniers sont assez volumineux en comparaison du gabarit du patient
  • Des vergetures peuvent apparaitre
  • Des risques de phlébites et d’embolies pulmonaires
  • Les implants peuvent faire une pression sur le nerf sciatique et provoquer de fortes douleurs au quotidien
  • Des nerfs peuvent être endommagés lors de l’intervention
  • Votre corps peut rejeter l’implant en faisant une réaction inflammatoire.

Bien entendu, c’est lors de la consultation avec un chirurgien esthétique spécialisé que ce dernier vous indiquera l’ensemble des informations et mises en garde. Cette liste peut en effet comporter d’autres informations et d’avantages de précisions.

Le déroulement post-opératoire, la douleur et le résultat

Le déroulement post-opératoire des implants fessiers

Les suites opératoire de la pose d’implants fessiers sont conséquentes, douloureuses et très inconfortables. Le savoir, c’est prendre en compte l’ensemble des éléments avant de vous lancer. En cas de doute, nous vous conseillons vivement de prendre un temps de réflexion supplémentaire.

En premier lieu, les suites opératoires sont contraignantes. Effectivement, il est difficile de marcher et de s’assoir pendant un minimum de deux semaines. La position assise ou couchée est strictement déconseillé les 15 premiers jours. En effet, il faut que les œdèmes et les ecchymoses descendent vers le bas. Vous devriez, ensuite, pouvoir reprendre lentement ces positions suivant votre ressenti et les conseils de votre chirurgien esthétique.

Il est également – sans surprise – difficile d’aller au toilette. Les mouvements allant vers l’arrière sont proscrits lors de la miction ou de la selle. Cette étape est cependant essentielle, il vous faudra donc vous asseoir sur l’arrière des cuisses en prêtant attention à vos douleurs et veiller à bien nettoyer la zone.

Bien entendu, comme toute chirurgie, il y a un temps d’éviction sociale à prendre en compte. Vous ne pourrez pas vous rendre à votre travail immédiatement, il est donc fortement conseillé de prendre deux semaines de congés. Il s’agit d’un délais minimum avant de sortir pour reprendre ses activités habituelles, délais qui pourra être plus long suivant l’évolution de votre état (cicatrisation, douleur etc.)

Par ailleurs, la reprise des activités sportives n’est possible qu’après un mois et demi voir deux mois post-opératoire. Cependant, même après avoir atteint ce délais, écoutez votre corps et reprenez doucement.

Les soins des implants fessiers

Après l’opération, il est primordial d’effectuer les soins prescrits par le spécialiste avec rigueur, afin d’éviter au maximum les complications et obtenir un résultat optimal. Par exemple, la plaie doit régulièrement être nettoyé, désinfecté et bien séché.

Aussi, la période de convalescence nécessite le port d’un vêtement de compression afin d’accélérer le processus de cicatrisation. Il permet d’apaiser la douleur, de limiter la prolifération des bactéries et de réduire le temps de résorption des œdèmes et des ecchymoses. Il est prescrit de le porter de jour comme de nuit les six premières semaines. Cette période peut bien évidement varier en fonction des instructions d’un chirurgien à un autre. Plusieurs boutiques en ligne sont spécialisées dans la vente de ces vêtements de compression. De toute manière, le spécialiste vous orientera vers la boutique de son choix à privilégier.

Les douleurs et les résultats des implants fessiers

Les premiers jours, les douleurs s’apparentent à de fortes crampes. Elles diminuent grâce aux antalgiques prescrits par le chirurgien.

En ce qui concerne le résultat, il est immédiatement visible. Cependant, comme la plupart des chirurgies, le résultat définitif n’est obtenu qu’après quelques mois. Le temps que les œdèmes se résorbent, que la peau s’assouplisse et que les implants soient bien en place.

L’entretien des implants fessiers

Le caractère lourd de cette intervention se traduit également dans son entretien. En effet, il ne s’agit pas d’une chirurgie définitive. Ainsi, il est donc nécéssaire de changer les prothèses, puisque celles-ci ont une durée de vie allant de 10 à 20 ans. Cependant, les douleurs sont (légèrement) plus faibles que la première fois, puisque la « poche » de l’implant est déjà faite dans le muscle.

Par ailleurs, il est nécéssaire de réaliser un IRM tous les 3 ans, environ 5 ans après l’opération, afin de s’assurer que l’implant ne présente pas de fissures ou n’est pas craqué. Si c’est le cas, il faut le changer.

Le prix pour une pose d’implants fessier

Prix / Tarifs pour une pose d'implants fessiers
Prix / Tarifs pour une pose d’implants fessiers

La pose d’implants fessiers est un acte de chirurgie esthétique ayant un coût relativement élevé. À vrai dire, le prix peut varier d’un chirurgien à un autre, d’un pays à un autre et/ou de la technique choisie. Il faut généralement compter entre 6000 et 10 000 euros en France. D’ailleurs, un devis personnalisé doit être réalisé car de nombreux facteurs peuvent influencer son prix. Aussi, il faut noter qu’à ce coût se rajoute les frais extérieurs suivants :

  • La première consultation avec un chirurgien spécialisé d’environ 100 euros
  • La consultation avec l’anesthésiste d’environ 100 euros
  • L’achat (éventuel) de bas de contention d’environ 50 euros
  • L’achat d’un vêtement de compression (gaine ou panty) d’environ 100-150 euros. Il est d’ailleurs conseillé d’en avoir un deuxième de rechange.
  • L’achat de médicaments et d’autres produits médicaux (pansements etc.)

Les alternatives aux implants fessiers pour augmenter le volume des fesses

Les alternatives aux implants fessiers pour augmenter le volume des fesses
Les alternatives aux implants pour augmenter le volume des fesses

En réalité, il existe différentes techniques pour galber et augmenter le volume des fesses, autre que la pose d’implants.

Le lipofilling fessier

Le lipofilling des fesses est un acte de chirurgie esthétique qui correspond à réinjecter dans les fesses de la graisse prélevé dans différentes zones du corps (ventre, hanches). Bien évidemment, cette intervention n’est pas possible pour les personnes n’ayant pas ou peu de graisses dans le corps.

Les injections d’acide hyaluronique volumateur

Les injections d’acide hyaluronique volumateur correspond à un acte de médecine esthétique. Le produit injecté dans les fesses permets de gagner du volume, ainsi qu’une jolie courbe.

Le sport pour muscler le fessier

Le sport peut également faire des miracles sur le postérieur. Squats, flexions, fentes, donkey kicks, soulevés de terre ou encore extensions de jambes, il existe un très grand nombre d’exercices permettant le raffermissement et l’augmentation du volume des fesses. A la salle ou à la maison, il est possible de travailler son fessier grâce aux conseils de professionnels du milieu, de programmes et de vidéos en ligne.

Rappelez-vous qu’il est important d’alterner les exercices travaillant les trois muscles du fessier pour un résultat optimal.

Pour vous guider, voici la sélection des vidéos préférées de la rédaction, disponible sur Youtube, pour muscler le fessier :

Butt Workout avec Chloe Ting
Booty Workout avec Pamela Reif
Fessier intensif avec Sissy Mua
5 minutes pour galber votre fessier avec Lilly Sabri

Bien évidemment, ces vidéos sont intéressantes mais il est important de parler avec un professionnel avant toute pratique sportive afin d’éviter les risques de blessures.

On ne va pas se le cacher, le plus dur avec cette méthode est bel et bien de savoir faire preuve de patience pour voir les premiers résultats arriver. Mais avec patience et persévérance les résultats peuvent être tout à fait satisfaisants.

Cet article et l’ensemble de son contenu est à but informatif et ne remplace pas l’avis d’un spécialiste qui sera le seul à vous prodiguer les informations dont vous aurez besoin.

PLUS DE PEPPER
Chirurgie regard fatigué
Blépharoplastie : Tout savoir sur la chirurgie des paupières tombantes