fbpx
Roman Polanski est accusé de multiples viols dans les années 70

César 2020 : retour sur le scandale entourant la victoire de Polanski

Cette année, c’est une véritable tornade qui a secouée la 45ème cérémonie des César. Une soirée polémique qui s’est déroulée ce 26 février à Paris. En effet, l’académie s’est retrouvée au coeur d’un incroyable scandale duquel elle pourrait avoir du mal à se relever ! Retour sur la victoire de Roman Polanski, réalisateur du film « j’accuse« , accusé de plusieurs viols depuis les années 70.

Roman Polanski (Ici à Cannes)

Protestations sur la victoire de Roman Polanski

C’est une victoire qui n’a laissé personne indifférent et qui vient de marquer un tournant pour les César du cinéma français. Véritable institution du cinéma – incarnation du talent et célébration du septième art – les césar 2020 se déroulaient cette semaine au sein de la salle Pleyel (Paris).

Après une introduction choc de la part de la maîtresse de cérémonie Florence Foresti, la cérémonie s’est déroulée dans le plus grand calme. Les récompenses pleuvent et le public applaudit l’équipe de « Les Misérables », grand vainqueur de la soirée. Pourtant, tout le monde sait qu’une ombre plane sur la prestigieuse cérémonie : la nomination du réalisateur Roman Polanski. Depuis des semaines, c’est un véritable battage médiatique qui entoure la présence du réalisateur et sa légitimité à figurer aux César.

Mais rien n’y fait et le coup de tonnerre finit par rentir. Le César de la meilleure réalisation est décerné au scénariste franco-polonais Roman Polanski pour « J’accuse« . Le film de ce dernier a par ailleurs été récompensé à trois reprises au cours de la cérémonie, devenant – automatiquement – un plébiscite de la part du cinéma Français. Accusé de plusieurs viols, l’homme était cependant absent de la cérémonie, de même que l’ensemble de l’équipe du film. Une réponse (sans doute) à la pression qui s’exerce depuis plusieurs semaines.

C’est donc une annonce qui a jeté un malaise dans la salle… et certainement dans le salon de tous les téléspectateurs regardant la cérémonie à la télévision. Scandalisée, l’actrice Adèle Haenel a aussitôt quittée la salle en faisant entendre son mécontentement : « Une honte, c’est une honte ! », de même que toute l’équipe du « Portrait de la jeune fille en feu » (Céline Sciamma). L’actrice fait en effet figure de porte drapeau féministe dans le cinéma français depuis un long moment déjà.

Accusations de viol : l’origine du scandale Polanski

Mais qui est donc Roman Polanski, l’homme qui – à travers sa victoire – vient de déclencher une vague de protestation dans le cinéma français ?

Né Raymond Thierry Liebling, Roman Polanski est né le 18 août 1933 à Paris. Durant son enfance, il survit au ghetto de Cracovie et une partie de sa famille est assassinée lors de la Shoah. À la fois réalisateur, producteur, scénariste, comédien et metteur en scène, l’homme se bâtit une solide réputation grâce à des films considérés comme des chef-d’oeuvres du cinéma. Avec plus de quarante films à son actif, il a longtemps bénéficié d’une forte notoriété qui a survécu à l’éclatement des différents scandales autours de sa personne. Parmi ses films, on retrouve « Le bal des vampires » (1967), « Chinatown » (1974), « Oliver Twist » (2005) ou encore « Carnage » (2011).

« J’accuse » – Film de Roman Polanski récompensé aux César 2020

Mais sa carrière n’est pas la raison pour laquelle la victoire de Polanski est aujourd’hui pointée du doigt. En effet, le réalisateur est accusé de plusieurs viols commis au cours de sa vie dont la première affaire remonte à l’année 1977. Cette année là, il est au centre d’une affaire d’abus sexuel sur mineur, en l’occurence sur une jeune fille de 13 ans : Samantha Geimer. En tout, six chefs d’accusations sont retenus contre lui. Par la suite, ce sont pas moins de dix femmes qui accusent Roman Polanski de viol. au cours des années 1970. Plusieurs affaire en découlent dont les accusations de Charlotte Lewis, « Robin. M », Renate Langer, Marianne Barnard ou encore Valentine Monnier. Le réalisateur se retrouve donc régulièrement au coeur d’affaires à scandale sous fond d’accusations d’abus sexuel.

Une victoire qui divise le cinéma français

C’est précisément pour ces raisons que la victoire du réalisateur lors de la cérémonie des césar est contestée. À l’annonce de son nom, outre les huées dans la salle et le départ de plusieurs noms du cinema, Florence Foresti – maîtresse de cérémonie ayant entamé sa prestation par un discours emprunt d’irrévérence (un délice !) – n’est pas remontée sur scène pour achevé sa mission. Dehors, des manifestants font entendre leur voix contre la nomination de Roman Polanski.

Le malaise a gagné la salle et, dès le commencement, les langues ont continué à se délier pour pointer l’événement du doigt. L’actrice Rose McGowan (Charmed) soutient Adele Haenel et Céline pour avoir protesté à l’annonce du nom du réalisateur.

Une cérémonie placée sous l’ombre de Polanski qui – même s’il n’était pas présent – était malgré tout sur toutes les lèvres. Un scandale que l’académie des César a du mal à éteindre et un monde du cinéma français divisé en deux.