JACQUEMUS Automne-Hiver 2020

L’année 97.

Pour Simon Porte Jacquemus, cette collection marque le pas vers les couleurs crèmes. Le marseillais ne cesse de surprendre et son ascension est à la fois admirable et étonnante tant elle est soudaine. Véritable chant d’amour au sud de la France, Jacquemus a déjà marqué la mode l’an dernier en organisant un défilé au beau milieu d’un champs de lilas. C’était osé, à la fois conviviale et grandiose, naturel et organisé, somptueux et poétique.

Mais Jacquemus ne semble pas être de ceux qui se laissent dormir. 2020 commence sur les chapeaux de roues avec le lancement du premier Chiquito pour homme. Le best-seller de la marque se décline encore et toujours, jusqu’à faire une apparition en bijoux lors de ce défilé.

Un défilé nommé « L’année 97« . Le décor est simple et épuré à l’Accor Arena, lieux du défilé. Une simple toile claire étendue sur le sol. Simon Porte Jacquemus introduit le défilé : « J’avais sept ans le jour où j’ai découpé une jupe pour ma mère dans un rideau en lin ». Bandanas, fines bretelles, lin, chaussettes longes dans des chaussures à talon coupées, retour du sac ceinture qui rappelle la très réussie « ceinture Bello« … Jacquemus ne prend pas de risque en cascade mais parvient à mener un défilé minimaliste de bout en bout. Les couleurs sont aussi de la partie, du vert au violet. Mais c’est évidemment le chiquito « bijoux » qui marque le défilé. Simple, élégant, drôle, efficace. L’accessoire habille une grande partie du minimalisme et a souvent l’atoût d’être mit en valeur par ce biais. Boucles d’oreilles en anneaux, carrées, créoles… toutes sont réussies.

_

_

Finalement, la plus grande déception de ce défilé mixte vient du côté de l’homme. Alors oui, nous sommes loin du résultat final de son premier défilé masculin qui nous avait réellement interrogé – certes – et il est vrai qu’ici, l’homme est 100% Jacquemus, sexy et minimaliste. Les couleurs flash on été osées, la braguette parfois ouverte et l’allure à la fois chic et détendue. Mais la nouveauté transparait difficilement et nous ne parvenons pas à nous laisser surprendre. La chemise est encore l’élément principal de la garde robe Jacquemus, ce qui n’est pas un mal si cette dernière variait à différentes déclinaisons. Une chemise, donc, mais une chemise qui ne nous fera plus vibrée tant qu’elle ne sera pas foncièrement réinventée. La silhouette est néanmoins de plus en plus proche d’un ADN reconnaissable et le style en lui-même conserve des atouts certains.

Oui on aime Jacquemus. Cela ne fait aucun doute. Oui, « L’année 97 » est plutôt réussie dans son ensemble. Mais oui, nous en voulons plus. Plus haut, plus fort, plus loin…

View this post on Instagram

« L’ANNÉE 97 » WINTER 2020/21 JACQUEMUS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

« L’ANNÉE 97 » WINTER 2020/21 JACQUEMUS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

« L’ANNÉE 97 » WINTER 2020/21 JACQUEMUS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

THIS GIGI MOMENT…. CAPTION THIS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

THIS GIGI MOMENT…. CAPTION THIS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

« L’ANNÉE 97 » WINTER 2020/21 JACQUEMUS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

ME LOOKING AT BELLA. 😂 @siduations

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

View this post on Instagram

« L’ANNÉE 97 » WINTER 2020/21 JACQUEMUS

A post shared by JACQUEMUS (@jacquemus) on

PLUS DE PEPPER
BURBERRY Automne-Hiver 2020